a propos

Après quelques années à l’école des beaux arts de Sète dans les années 1980, Victorine Follana fréquente l'académie Talens à la Ferté Milon prés de Paris où elle travaille pendant quelques années avec Robert Lapoujade, peintre, cinéaste, écrivain décédé en 1993 , Joêl Trolliet, peintre et professeur à L' Académie de La Glacière à Paris ,  et plus récemment Thibault de Reimpré.

La fréquentation de ce milieu artistique très disparate lui a inculqué un regard critique lui permettant de définir ses choix sur sa démarche artistique , l'abstraction mais également ’humain, avec une préoccupation pour le passé, les mythologies ,  et le présent .

Cette formation éclectique ouverte sur des univers différents l’a amené à découvrir sa véritable passion, la peinture, et à envisager son métier de façon à transformer son bagage formel en une esthétique picturale de la figure et de l’espace, à travers son propre regard,

 Celle ci trouve son univers dans la lecture de scènes du quotidien, de la famille ,  l'histoire de l'art, et les mythologies anciennes , la vie et ses aléas afin de les remodeler dans des formes plastiques entre figuration et abstraction. Elle ne ne cherche pas à créer un idéal ou à reproduire la nature, mais plutôt à la transcender.

 Ainsi naissent des toiles abstraites à la structure vigoureuse , colorée , paysages de l'inconscient revisité, taches de couleurs et de lumières inscrites dans la mémoire, mais à d'autres moments surgit également un monde qu’elle amène à naître sur la toile , un monde assez énigmatique où les enfants prennent des allures d'adultes au regards perdus , et où les animaux domestiques revisités ont une place de choix.

L'atmosphère assez mystérieuse des compositions , basée sur la ligne, la touche, la couleur , sans trop définir l'espace dans lequel se meuvent les figures donne à l’œuvre sa signification sans entrer dans l'anecdot
e.